Historique Stade Bagnérais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Historique Stade Bagnérais

Message par Wil Fer le Dim 28 Fév - 15:52



Comme souvent, je vous propose un peu d'Histoire pour faire mieux connaissance avec notre futur adversaire....
Et ça tombe bien, l'Histoire du Stade Bagnérais est l'une des plus riches des clubs de notre poule....


L’apparition du rugby à Bagnères ne fut pas « un long fleuve tranquille »….. Normal me dirait vous pour une ville réputé pour ses thermes et donc son eau…..

Ainsi, la balle ovale est apparu, pour la1ère fois, à dans cette cité en 1904 par l’intermédiaire du Collège « Victor Dupuy » qui créa l’équipe des « Bruyères » (équipe qui existe encore de nos jours).

Puis en 1905, un club est créé : celui des « Genets » qui disparaît en 1910 par manque de moyens financiers (impossibilité de payer les frais d’arbitrages).

En 1906, c’est « Sporting Club des Thermes » qui porte les couleurs blancs et noirs.
Puis en 1908, c’est le « Bigorre Sport » sous la présidence de Monsieur Pistard.

Enfin en 1911, ces 2 clubs donnent naissance au « Stade Bagnérais » qui prend les couleurs du S.C. des Thermes (le Blanc et le Noir).
Je me permets de rappeler ce fait, car il est une légende qui a eu la vie dure au Boucau….

En effet, il se raconta, pendant de nombreuse années dans notre cité, que si Bagnères évoluait avec les Couleurs du BS, c’étais parce que juste après la 1ère Guerre Mondiale, il y eu un afflux important de joueurs du BS à Bagnères (je vais y revenir)…. Aussi, la Légende disait « que c’étais à la demande des Boucalais… Que le Stade Bagnérais avait changé de couleur et avait adopté le Noir et le Blanc »…..

Comme toute les Légendes il y a une part de vrai (arrivait de nombreux joueurs du Boucau)… Mais c’était oublier que depuis 1906 (le S.C. des Thermes) et depuis 1911 (le Stade Bagnérais), le « Blanc et Noir » avait droit de cité bien avant l’arrivée de « nos » joueurs.

Bref, si en 1911, sous la présidence de Monsieur Abadie, le Stade Bagnérais apparaît, mais il faut attendre la saison 1913 pour que le club soit déclaré au Journal Officiel. (1er match contre Lannemezan).

Mais à peine né, le 25 octobre 1913, de la fusion entre le Bigorre-Sports et le Sporting Club des Thermes, le Stade Bagnérais doit pratiquement cesser son activité pendant la 1ère Guerre Mondiale.

Il repart timidement et modestement en 1919, mais un nouveau Président, Monsieur Ribes, réussit a attirer quelques brillants joueurs de Tarbes (Arcalis, et surtout l’ailier internationale Edmond Cayrefourcq) mais aussi (et surtout) pas moins de 8 joueurs du Boucau-Stade (Dont les frères Burrugori, Sens, Léon Maye, Julien Sola…).

Les résultats ne se font pas attendre et en 1925, le club Bigourdan atteint les ½ Finales de 2ème Divivion, ce qui lui permet de faire une 1ère incursion parmi l’Elite.
Mais cette brève aventure est suivie par une chute brutale et des départs importants (par exemple : Sola signa à Lourdes), qui font dégringoler le club dans les séries inférieures.

Mais petit à petit, Le Stade Bagnérais au début des années 50 va retrouver de sa superbe. Animé par le Docteur Cazenave, il parvient encore en ½ Finale de 2ème Division en 1951 et retrouve le plus haut niveau pendant 4 saisons avec au passage, une participation à un 16ème de finale de 1ère Division en 1954.

Hélas, à la fin de la saison suivante (1955) Bagnères retrouve la 2ème Division.

Mais avec des joueurs de grande classe comme Roland Crancée et Michel Lacombe (qui furent par la suite internationaux sous les couleurs de Lourdes (pour le 1er) et de Pau (pour le second), les « montagnards » se maintiennent dans l’antichambre de la Nationale ce qui leur évite une nouvelle d dégringolade sur l’échiquier du Rugby Français.

Ainsi, le club se veut être prêt à saisir sa chance (si elle se présente) pour retrouver le plus haut niveau et ce, malgré le départ d’un de ses joueurs « prodiges » en 1961 : Jean Gachassin pour le voisin Lourdais….

Ainsi en 1969, en échouant encore en ½ finale de la 2ème Division (battu de peu par les Parisiens du PUC 5 à 3), les Bagnérais retrouvent, une nouvelle fois, la 1ère Division.

Vont suivre alors 22 saisons au plus haut niveau (de 1970 à 1991) de ce que l’on pourrait appeler « les années d’OR du rugby Bagnérais», qui vont permettre à ce club de la Bigorre de rencontrer et de faire chuter les plus grandes équipes de l’époque.

Il faut dire qu’en 1970, Jean Gachassin était revenu dans son club formateur après une remarquable carrière.
Additionné au talent de certains entraîneur dont François Labazuy, le club Bagnérais va non seulement se qualifier sans interruption pour les Phases Finales durant ses 11 saisons, mais surtout disputer 2 fois une finale du Championnat de France.

Aussi, le « monde de l’Ovale » » va voir éclore quelques talents peu communs qui vont faire la réputation des lignes arrières Bagnéraises dans la France entière :
D’abord Bertranne (arrière puis centre), Tana (demi de mêlée), Ara (centre ou ouvreur), Barta (ailier) qui vont progresser au contact de Gachassin.
Puis Aguirre (arrière au jambes de feu), Mournet (demi de mêlée tacticien), Gourdon et dancla (ailier de Caractères) ou Rispal (centre) vont perpétuer ceux que l’on appela à l’époque le « jeu Bagnéraois ».

Il faut dire que le Pack était robuste, ce qui facilitait les prises d’initiatives de ¾ dévoreurs d’espaces.
Avec les Etcheverry, Dandré, Dequilt, Lagleyze, Coustallat, Miranda et Ramouneda, Torossian (père), Pourtal, Landais, Chevalier, Castells, Urtizveréa, Duhart le pack savait voyager….

Aussi, durant ces 22 saisons d’affilées en 1ère Divisions le Stade Bagnérais disputa douze 16ème (de 1971 à 1981 sans interruption & 1983), dix 8ème (de 1971 à 1973, 1975, de 1977 à 1981 & 1987), 5 quarts de finale (1971 et de 1978 à 1981), 2 demies finales (1979 & 1981) & 2 finales (1979 & 1981)… Soit l’un des plus beaux palmarès de l’époque !!!!!

La route de Bagnères le verra souvent croiser d’Agen, Perpignan, Nice, Béziers et Montferrand avec des fortunes diverses … fruit de matchs acharnés… !!!!
Si les Bagnérais remportèrent toutes leurs oppositions devant Agen et Nice… A contrario, il perdit à chaque fois devant Perpignanais et afficha un solde négatif devant les Montferrandais (3 défaites pour une seule victoire)….

Par ordre et pour mémoire :

Pour son retour dans l’Elite (1970), Bagnères termine à une 7ème place dans une poule de 8 équipes (Graulhet, Cognac, Montferrand, Grenoble, Montauban, SJDL & Castelsarrasin).
Bagnères gagne à Montauban (11 à 19) et frôle plusieurs fois l’exploits à : Cognac (8 à 3), Castelsarrasin (12 à 8.) et surtout à Grenoble (21 à 19), rencontres où les Bigourdans ne s’inclinent que de quelques points.
A domicile, le Stade Bagnérais s’incline 3 fois (Cognac (0 à 9), Graulhet (0 à 3) & Grenoble (6 à 10), pour 1 nul (9 à 9 devant SJDL) et 3 victoires dont un 14 à 0 devant Montferrand… qui à la fin de la saison disputera la Finale du Championnat de France.
Ainsi, Bagnères pour son retour dans l’Elite se maintien au plus haut niveau.

La saison suivante (1971) est celle de tous les espoirs….
Le Stade Bagnérais termine 1er de sa poule (Dax, Tyrosse, Montferrand, Vichy, Bourg en Bresse, TOEC et Lyon O.U.).
Il faut dire que les résultats des Bagnérais sont excellent avec une seule défaite sur sa pelouse (victoire du TOEAC 8 à 9) mais surtout 4 victoires lors de ses déplacements : 3 à 34 à Lyon, 9 à 14 à Bourg, 8 à 21 à Tyrosse & 3 à 6 au TOEC + un nul à Vichy (9 à 9).

En 16ème les Bigourdans dominent le voisin Lourdes lors d’un derby passionné : 18 à 9. En 8ème, nouveau Derby contre la Section Paloise, et nouvelle victoire 8 à 5. Aussi, Bagnères va disputer son 1er Quart de finale de son Histoire contre le grand Béziers. La défaite est nette : 32 à 9… Quelques semaines plus tard, les Biterrois seront sacré champion de France en disposant du Toulon d’Herrero (15 à 9).

Galvanisé par cette saison, les Bagnérais repartent avec de nouvelles ambitions.

Lors de la saison 1972, les Bigourdans sont opposés à Montferrand, Beaumont de Lomagne, Bègles, Montchanin, Rodez, Castelsarrasin & le Boucau-Stade.
C’est aussi le début d’un long chassé croisé avec entre nos 2 clubs (voir présentation du match aller).
Si les Bigourdans terminèrent 4ème (ce qui lui permis de participer aux phases finales), le BS, lui, se classa 6ème, ce qui lui permis de se maintenir pour sa 2ème saisons dans l’Elite.
Lors de leurs 2 confrontations, Bagnères l’emporta sur son terrain 33 à 12, tandis que les « Forgerons » ne purent faire mieux qu’un match nul (3 à 3) à Piquessary.

Dans cette poule, le Stade Bagnérais ne perd qu’un match sur sa pelouse (3 à 9 devant Montferrand) mais surtout ils sont intraitables affligeants de véritable « roustes » à certains adversaires (42 à 6 Castelsarrasin, 35 à 3 Rodez & 58 à 0 Montchanin).
En déplacement, Bagnères ne s’exporte pas très bien puisqu’il ne gagne qu’à Montchanin (en plus du Nul au BS).

En 16ème Bagnères rencontra Montferrand. Les Auvergnats qui avaient dominé les Bigourdans par 2 fois en poule (3 à 9 à Bagnères & 13 à 12 à Marcel Michelin) avaient les faveurs des pronostics…. Aussi, comme parfois, c’est l’outsider qui déjoua les prévisions en l’emportant 11 à 4 !!!!!!
En 8ème, c’est une autre connaissance, Beaumont de Lomagne que les Bagnérais doivent affronter.
Cette rencontre est une sorte de « belle » puisque Bagnères l’avait emporté chez lui 15 à 3 et que Beaumont en avait fait de même au match retour dans son stade 26 à 3….

Hélas, les « Montagnards » ne rééditèrent pas la performance de la saison passée (en atteignant les Quarts de finales) en se faisant éliminer 15 à 6.

Pour les saisons suivantes, afin de ne pas faire un exposé trop long (je pourrai mettre l’équivalent de 2 ou 3 pages de plus), je me propose de n’évoquer QUE le niveau atteint par le Stade Bagnérais et la composition de l’équipe lors du dernier match joué en phase finale…..

Ainsi, en 1973 – Bagnères atteint les 8ème de finale où il perd (après prolongation) contre Perpignan 19 à 9 (après avoir battu St Girons 20 à 10 en 16ème).

Composition de l'équipe pour ce 8ème joué à Albi :
Aguirre
Barta, Miranda, Ara, Doux
m) Tana o) Gachassin
Menjolou, Cazenave, Ramouneda
Casenove, Pourtal
Chevalier, Lagleyze, Castells
(Bagnères : 1 essai Barta,1 transformation Gachassin & 1 Pénalité Aguirre (MT : 6 à 3 pour Bagnères ; Fin du temps réglementaire 9 à 9)). Pourtal (Bagnères) & Izquierdo (Usap) expulsés.

1974 – 16ème de finale perdu contre Vichy 18 à 10.

Composition de l'équipe pour ce 16ème joué à Cahors :
Aguirre
Barta, Bertranne, Ara, Daffos
m) Tana o) Gachassin
Miranda, Cazenave, Ramouneda
Jordan, Pourtal
Chevalier, Torossian, Castells
(Bagnères : 2 essais Cazenave, 1 transformation Aguirre (MT : 6 à 4 pour Vichy)).

A noter que lors du 1er Tournois de rugby à 7 organisé par le P.U.C., Bagnères arriva en Finale où il perdit face à l’équipe de Guy Stener 31 à 16 : 5 essais à 3 (marqués par Marty, Miranda & Bertranne).
L’équipe Finaliste : Marty, Aguirre, Bertranne, Aragnonet (puis Niollet), Miranda, Torossian & Courrazet.

1975 – 8ème de finale perdu contre Brive (Futur Finaliste) 35 à 13 (après avoir battu Bègles 9 à 3 en 16ème).

Composition de l'équipe pour ce 8ème joué à Villeneuve :
Aguirre
Barta, Bertranne, Ara, Marty
m) Tana o) Labanère
Leduc, Cazenave, Landais
Jordan, Bacque
Chevalier, Torossian, Castells
(Bagnères : 2 essais Barta & Bertranne,1 transformation Tana & 1 Drop Labanère (MT : 7 à 7)).

A noter que lors du 2ème Tournois de rugby à 7 organisé par le P.U.C., Bagnères arriva encore en Finale où il perd (encore) face à l’équipe de Guy Stener.
Enfin en cette saison 75, l’équipe 2 de Bagnères ( la Nationale B) perd en Finale 6 à 3 contre Brive à Montauban.

1976 – 16ème de finale perdu contre St Jean de Luz 12 à 6.

Composition de l'équipe pour ce 16ème joué à Bayonne :
Daffos
Barta, Bertranne, Ara, Fourneau
m) Aragnouet o) Hernandez
Leduc, Cazenave, Landais
Pourtal, Duhart
Chevalier, Torossian, Laguerre-Basse
(Bagnères : 1 essai Arragnouet & 1 transformation Hernandez (MT : 6 à 0 pour SJDL)).

A noter que lors du 3ème Tournois de rugby à 7 organisé par le P.U.C., Bagnères arriva encore en Finale où il perd (encore) face au P.U.C. 30 à 24 : 5 essais à 4 (marqués par Ara, Gourdon, Landais & Aragnouet).
L’équipe Finaliste : Aguirre, Gourdon (puis Fourneau), Ara, Aragnouet, Landais, Torossian & Leduc.

Enfin, la Nationale B de Bagnères, après avoir échouée en Finale, la saison précédente, ne laisse pas passer sa chance en cette saison 76, puisqu’elle devient Championne de France en disposant de Dax (22 à 10) à Oloron.
avatar
Wil Fer

Messages : 10456
Date d'inscription : 07/07/2008
Age : 47
Localisation : à 835 kms de PIQUESSARY. Une seule devise : "ALLEZ LES NOIRS, ON NE LACHE RIEN !"

Voir le profil de l'utilisateur http://fr.wikipedia.org/wiki/Boucau_Tarnos_stade

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum