Historique Nice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Historique Nice

Message par Wil Fer le Dim 28 Fév - 16:07

Un peu d'Histoire.....

Créé en 1912, l’Avenir Rugby Club de Nice (rattaché au comité du Littoral-Provence) est rebaptisé Racing Rugby Club de Nice en 1931. Le club est sacré champion de France de promotion en 1930/31 et Honneur en 1933.
Après la guerre sa notoriété ne dépasse pas les limites régionales avec trois titres de champion de Provence (1956, 1957 et 1960) et deux challenges du Centre-Sud est (1967 et 1968). La même saison (1968) il atteint les ½ finales de deuxième division et monte en première division pour la première fois, après avoir gagné un 8ème de finale, contre le Boucau-Stade à Narbonne (6 à 3).

Cette 1ère saison en 1ère Division, en 1969 fut très difficile…. Donc éphémère.
Dans une poule composée de Chalon, Quillan, Mont de Marsan, Carmaux, Bourg en Bresse, Beaumont & Toulouse, Nice ne gagne aucun match à l’extérieur (dont 2 défaites à Toulouse & Quillan avec + 40 points encaissés) mais surtout connaît 5 défaites à domicile pour seulement 2 victoires (11 à 9 contre Chalon & 13 à 3 contre Quillan). Aussi, ils redescendent à l’étage en dessous au terme de cette saison….

Pas pour longtemps, car à l'été 1971, le RRCN, toujours en 2ème Division, reçoit l'apport inattendu de plusieurs joueurs du RC Toulon, (finalistes du dernier championnat de Première Division contre Béziers perdu 15 à 9 après prolongation).
Ainsi, Ballatore, les frères Herrero (André & Daniel), Hache, Vadella, Sappa, Fabien, Carreras, Giabicconi, (tous titulaire lors de la défaite contre Béziers à Bordeaux) &  Giuliano qui sont en conflit ouvert avec leurs dirigeants quittent la rade de Toulon pour la baie des Anges de Nice.
C’est le début de l’aventure Niçoise puisque lors de la saison 1972, le club accède (pour la 2ème fois en 5 saisons) à l’élite et joue la finale de 2ème Division qu’il perd contre Carmaux à Perpignan.

De nouveau en 1ère Division (1973), le RRCN se trouve dans une poule musclée (USAP, Bayonne, Pau, Lavelanet, Quillan, Marmande, Soustons)…Nice restera invaincu à domicile (infligeant un 19 à 12 à l’USAP & un 22 à 9 à Bayonne) de même il gagnera 3 matchs à l’extérieur (Mamande 11 à 13, Quillan 9 à 24 & Soustons 13 à 15)… ce qui fuit qu’avec 10 victoires en 14 matchs … Il aurait dû se qualifier pour les 16ème de finale…..Et même terminer 1er de poule avec un total de 34 points, devant l’USAP (32 points), Pau (31 points) & l’AB (30 points) (où jouait un Boucalais (Lataste) & 1 futur joueur « Noir » Teillagorry, ainsi que 3 futurs entraîneurs du BTS : Urrutiager & Duprat (saison 89/90) et "l'éphémère" Rouet (1994/95)).

Malheureusement, la rencontre Lavelanet/RRCN en Ariège, fut marquée par de graves incidents dont une énorme bagarre générale qui se poursuit jusque dans les tribunes….Un scandale à l’époque.
Le RRCN fut lourdement sanctionné en termes de points puisque avec le match perdu avec 0 point, au total ils sont pénalisés de 5 points et supportent des pénalités financières de cette affaire… Quand son adversaire du jour ne se voit privé que d’une unité (ce qui lui permettra de ce qualifier en 16ème de finale (défaite contre Toulon à Aurillac ( ????) 19 à 10).

D’ailleurs, concernant cette partie,  Christian Montaignac, dans « l’année du Rugby » écrira : « Ce match présentait des « zones d’ombres », de passions malsaines »…

Sappa (le Niçois expulsé sur cette rencontre) déclara « J’ai eu tort et je ne suis pas le seul. Nous méritons d’être sanctionnés. Le seul point troublant c’est que nous ayons été les seuls à supporter ces sanctions….. C’est méconnaître le rugby que de penser que les torts penchent d’un seul côté… ».
En effet, pour ceux qui connaissait le Lavelanet de l’époque (celui du père Barthez (qui jouait arrière), les « Lannes, Marquis & Taffine »… ressemblaient à tout… sauf à des poètes !!!!!!).

(Petite aparté : lors de la saison (87/88.) un Lavelanet/BS fit parler de lui en Groupe B… suite à 4 cartons rouges… La réception dans l’Ariège fut « plus que musclée » … et le match retour à l’ »Inter », fut « Viril, engagé… mais correct », avec 25 point dans la musette Lavelanétienne et un Henry Gaye « motivé » comme jamais.)

…Bilan Nice fut pénalisé 2 fois dans cette affaire : d’abord privé de seizièmes… Puis, avec ces points de pénalité, en terminant 5ème de poule (devancé par Lavelanet ( ???)) il ne pouvait pas jouer en Groupe A la saison suivante (1974) et ce contenté du Groupe B….

Mais, cette injustice fut rapidement réparée car en terminant premier de sa poule (13 victoires en 14 rencontres), Nice retrouva le Groupe A et sa qualifie pour les 16ème de finale en 1974…Mieux, venant du Groupe B, ils réussit l’exploit de jouer un Quart de finale, après avoir éliminé Avignon & La Rochelle (pensionnaires du Groupe A) (Nice sera battu, en Quart, par Béziers (le futur Champion) 6 à 0).

Vont suivre 13 saisons au plus haut niveau de ce que l’on pourrait appeler « les années d’OR du rugby Niçois», qui vont permettre à ce club de la Côte d’Azur de rencontrer et de faire chuter les plus grandes équipes de l’époque.
En effet, durant cette période le RRCN se qualifiera 12 fois pour le Championnat de France de 1ère Division avec au passage : deux 16èmes de Finale, trois 8èmes de finale, 4 Quarts de Finale, 2 Demi-finale et 1 Finale.

La route de Nice le verra souvent croiser d’Avignon, Bagnères et Agen avec des fortunes diverses … fruit de matchs acharnés… !!!!
Mais le plus souvent c’est le « Grand » Béziers qu’il croisera et qui deviendra au fils des rencontre sa véritable bête noire… Puisque les Biterrois (comme Bagnères également) sortiront à chaque fois vainqueur de leurs confrontations….

Par ordre et pour mémoire :

1974 – Quart de finale perdu contre Béziers 6 à 0 (après avoir battu Avignon 22 à 3 en 16ème & La Rochelle 22 à 12 en 8ème)
Composition de l'équipe pour le 1/4 contre Béziers à Lyon :
Fausto
Giabbiconi, Fabien, Jouanno, Guérin
m) Plouraboué o) Carreras
Verdoulet, A.Herrero, D.Herrero
Guizoi, Sappa
Ballatore, Vadella, Sellar
(A noter la présence du regrété Verdoulet qui joua à Romans & au Creusot et entraîna (entre autre) Dijon, Romans et je crois Istres avec un certains succés[/center]

1975 - 16ème de finale perdu contre Avignon 15 à 6 (après être sortie 5ème club de France de la phase éliminatoire)
Composition de l'équipe pour les 16ème contre Avignon à Toulon :
Guiliano
Giabbiconi, Fabien, Nadal, Guérin
m) Plouraboué o) Lacaze
Verdoulet, Hache, D.Herrero
Guizoi, Sappa
Ballatore, Vadella, Sellar

(Nice : 2 pénalités Lacaze (MT : 6 à 3 pour Nice))


1976 – 8ème de finale perdu contre Agen 12 à 12 (au bénéfice des pénalités) (après avoir Battu Pau en 16ème 7 à 6).
Composition de l'équipe pour les 8ème contre Agen à Avignon :
Guiliano
Giabbiconi, Fabien, Cauvy, Dubois
m) Rahyré o) Lacaze
Verdoulet, Hache, D.Herrero
A.Herrero, Sappa
Ballatore, Vadella, Sellar

(Nice : 1 essai A.Herrero, 1 pénalité & 1 tranformation Lacaze, 1 drop Cauvy (MT : 6 à 6))


1977 – 1/2 finale perdu contre Béziers 15 à 10 (après avoir Battu Chambéry en 16ème (15 à 15 & 12 à 18.), Toulouse en 8ème 17 à 16 & le BO en Quart 19 à 16).

" />

Composition de l'équipe pour les ½ Finale contre Béziers à Lyon :
Cauvy
Giabbiconi, Fabien, Piquemal, Rousseau
m) Darrieumerlou o) Lacaze
Ribaut, Hache, E.Buchet
Laadila, Sappa
Russo, B.Herrero, Ballatore

(Nice : 2 essais Giabbiconi & Sappa, 1 tranformation Lacaze (MT : 3 à 4 pour Nice))

Lors de cette saison 1977, Nice restera invaincu à domicile dans une poule composée d’Agen, Aurillac, Angoulême, Bourg en Bresse, le BO, Beaumont & Mimizan.

1978 – 8ème de finale perdu contre Bagnères 22 à 3 (après avoir Battu 22 à 19, SJDL en 16ème).

Composition de l'équipe pour le 8ème contre Bagnères à Carcassonne :
Guiliano
Cauderlier, Fabien, Trautman, Bertin
m) Cauvy o) Lacaze
Ribaut, Hache, E.Buchet
Russo, Sappa
Charpentier, B.Herrero, Ballatore

(Nice : 1 Drop Lacaze (MT : 9 à 3 pour Bagnères))

Lors de cette saison 1978, Nice restera invaincu à domicile dans une poule composée de Toulouse, Aurillac, Chambéry, Bourg en Bresse, le BO, Beaumont & Mazamet.


1979 – Quart de finale perdu contre Bagnères 14 à 10 (après avoir Battu Avignon en 16ème (22 à 19) & Oloron et 8ème (23 à 22)).
Composition de l'équipe pour les Quarts contre Bagnères à Narbonne:
Fumarède
Duthil, Cauvy, Trautman, Moussain
m) Pierre o) Piquemal
Ribaut, Tonon, E.Buchet
Hache, Catoni
Charpentier, B.Herrero, Panzavolta

(Nice : 2 essais Duthil & E.Buchet, 1 transformation Cauvy (MT : 10 à 10))

Lors de cette saison 1979, Nice restera invaincu à domicile dans une poule composée d’Agen, Tarbes, Lourdes, Mont de Marsan, Tulle, Castres, Toulouse, Pau & Mazamet.


1980 – Quart de finale perdu contre Béziers 19 à 15 (après avoir Battu Mazamet en 16ème (22 à 15) & Aurillac et 8ème (29 à 9)).
Composition de l'équipe pour les Quarts contre Béziers à Marseille :
Moussain
Duthil, Perron, Trautman, Bertin
m) Pierre o) Piquemal
Tonon, Hache, E.Buchet
Sappa, Catoni
Charpentier, B.Herrero, Espagno

(Nice : 2 essais Tonon & E.Buchet, 2 transformations & 1 pénalité Moussain (MT : 10 à 3 pour Béziers))

1981 – 8ème de finale perdu contre Montferrand 15 à 9 (après prolongation) après avoir éliminé Toulon en 16ème de Finale 15 à 6 (Toulon où Cauvy (ancien Niçois jouait)).
Composition de l'équipe pour les 8 ème contre Montferrand à Lyon :
Guiliano
Duthil, Perron, Trautman, Moussain
m) Pierre o) Piquemal
Doucet, Tonon, E.Buchet
Orso, Catoni
Charpentier, B.Herrero, Bourgade

(Nice : 3 pénalités Moussain (x2) & Guiliano (x1) (MT : 6 à 6))

1982 – 16ème de finale perdu contre Carcassonne 13 à 11.
Composition de l'équipe pour les 16ème contre Carcassonne à Avignon :
Moussain
Vallet, Bony, Trautman, Méry
m) Claret o) Daroux
Doucet, P.Buchet, E.Buchet
Orso, Cantoni
Charpentier, B.Herrero, Espagno

(Nice : 2 essais Bony & E.Buchet, 1 pénalité Claret (MT 13 à 4 pour Carcassonne))

1983 –Nice qui restera invaincu à domicile dans une poule composée d’Agen, Narbonne, Carcassonne, RCF, Tulle, Oloron, Angoulême, Nîmes & le Boucau Stade.

" />

Cette saison là, Nice (qui a reçu le renfort du Béglais Pedetour) dispute la Finale du Championnat de France contre le « Grand Béziers » (qu’il n’a jamais gagné en phase finale) après avoir Battu Bourg en Bresse en 8ème (47 à 9 & 21 à 32), Pau en Quart 19 à 15 & Agen en Demi Finale 18 à 12.
Béziers gagnera 14 à 6 ….

Composition de l'équipe pour la Finale contre Béziers au Parc des Princes :
Barthélémy
Méry, Trautmann, Bony, Vallet,
m) Pierre o) Pédetour
E. Buchet, Ph. Buchet, J-C Orso
J-P Pelloux, Catoni
Félix, B. Herrero, Charpentier,


(Nice : 1 pénalité & 1 drop Pédetour (MT : 7 à 6))



Debout (de gauche à droite) : Félix, Herrero B., Charpentier, Catoni, Pelloux, Buchet Ph., Buchet E., Orso.
Assis (de gauche à droite) : Vallet, Bony, Pedetour, Barthélémy, Pierre, Trautmann, Méry.



Cette finale ne se déroula pas comme prévue…..

D’abord, elle eu du retard… Ce qui obligea Ballatore (l’entraîneur de Nice) à arrêter la préparation « mentale » de ses joueurs…..Cela eu pour conséquence une entame « catastrophique » des Niçois qui encaisse dès la 7ème minute un essai par le demi de mêlée Vachier….Suite à une mêlée Niçoise chahutée par le pack biterrois.
Ballatore racontera quelques années plus tard que « si je n’avais pas arrêté la préparation mentale de mon groupe…. Je ne sais pas si le match aurait pu aller à son terme… Tant mes gars étaient près pour le combat… ».
De plus, ceux (qui comme moi) ont regardé cette finale à la Télévision, ce 28 mai 1983, ont assisté « abasourdi » à l’envahissement du terrain par un grand nombre des supporters Biterrois (vers l’heure de jeu alors que le score était de 10 à 6 pour Béziers)…..

Les 43000 supporters présent n’en croiront pas leur yeux quand « telle une armée », près de 200 « énergumènes » habillés de rouge et de bleu, forceront les portes séparant le terrain des tribunes pour envahir le terrain (c’est suite à ce match qu’une « fosse » fut creusée au Parc)….
Aussi, au lieu d’arrêter le match, Monsieur Hourquet (sous la pression du public) préféra continuer la partie de peur qu’un arrêt (même momentanée) n’occasionne des débordements….

Les conséquences furent « désastreuses » pour Nice, puisque le dernier essai Biterrois à la 80ème minute (Escande n’aplati pas) fut accordé sous la pressions des supporters « Rouge & Bleus » qui avaient (de nouveau) pénétrés sur le Champ de jeu…. Pour accompagner leur joueur qui rentrait dans l’en-but !!!!!!

Christian Montaignac écrira dans « l’année du rugby » : « à 10 à 6 ils étaient déjà là….. Que serait-il advenu d’un débordement niçois respectable celui là… ?? ».



Bernard Herrero & Trautmann face à Pierre Lacans. Sur ce plaquage le capitaine Biterrois se blessera (fracture du péroné) et sera rempacé par Chamayou.

oooOOO000OOOooo



Francis Pierre à la manoeuvre, suivi par Catoni, Felix & Orso.

oooOOO000OOOooo

" />

Toute la déception & la colère des joueurs Niçois après l'essai Biterrois (non valable) d'Escande.


oooOOO000OOOooo

" />

Les supporters Biterrois au bord du terrain, après l'envahissement, de celui-ci, en plein match....

D'ailleurs, qualques années plus tard (en juillet 1990) l'entraîneur de l'époque, Jean-Claude Ballatore, reviendra longuement dans le Midi Olympique, sur cette finale.... Perdue 3 fois !!!!!!

" />

Enfin, il faut noter que dans le groupe Niçois qui joua la finale la moitiés des titulaire avaient été formé à l’école de Rugby du RRCNice soit : Félix, Charpentier, Catoni, Orso, Eric et Philippe Buchet, Barthélémy (et Tordo qui avait 20 ans et était remplaçant).

1984 – Demi Finale perdu contre Agen 21 à 14 (après avoir Battu Lourdes en 16ème (11 à 6), Narbonne en 8ème (16 à 18 & 15 à 15), Dax en Quart 21 à 13).
Composition de l'équipe pour les ½ Finale contre Agen à Bordeaux :
Brunsdon
Méry, Larribe, Bony, Vallet,
m) Pierre o) Pédetour
E. Buchet, J-C Orso, Sudre
J-P Pelloux, Catoni
Chabowski, B. Herrero, Charpentier,


(Nice : 2 essais Méry & Pierre, 1 pénalité & 1 drop Pédetour (MT : 9 à 6))

A noter que ce match fit couler beaucoup d’encre…. Suite à l’arbitrage pas très partial de Monsieur Doulcet……. Qui empêcha le Pack de Nice d’asseoir sa main mise sur un match où il mis le 8 de devant d’Agen au supplice…….A la fin de cette saison, B.Herreo quitta Nice pour Toulon, où il retrouva son frère Daniel, qui en était l’entraîneur…


1985 – Quart de Finale perdu contre Toulon 19 à 9 (après avoir Battu Bourgoin en 8ème (6 à 9 & 15 à 28.).
Composition de l'équipe pour le Quart de Finale contre Toulon à Marseille :
Barthélémy
Méry, Bony, Tremouille, Costes,
m) Pierre o) Pédetour
E. Buchet, J-C Orso, Toche
J-P Pelloux, Catoni
Chabowski, Pansavolta, Félix,


(Nice : 2 pénalités & 1 drop Pédetour (MT : 9 à 6 pour Nice))

Mais cette même année… Le RRCNice décrocha son seul titre majeur…. Le Challenge Yves Du Manoir en disposant de Montferrand, à Toulouse, sur le score de 21 à 16. Après avoir battu Agen (26 à 3) en 8ème de Finale, Bayonne 15 à 10 en Quart de Finale & Toulouse 18 à 9 en Demie Finale.

Composition de l'équipe Championne du Challenge Yves Du Manoir contre Montferrand à Toulouse :
Barthélémy
Méry, Baruteu, Tremouille, Costes,
m) Pierre o) Pédetour
E. Buchet, J-C Orso, Sudre
J-P Pelloux, Catoni
Chabowski, Félix, Charpentier,


(Nice : 1 essai Barthélemy, 1 drop Pierre, 1 transformation & 4pénalités Pédetour (MT : 9 à 13 en faveur de Montferrand))

L’année suivante, Nice joua sont dernier 8ème de Finale, perdu contre Montferrand 12 à 12 (9 à 6 & 6 à 3)….

Puis l’équipe s’éparpilla (Chabowski à Nîmes, Pelloux à Montferrand puis le Creusot, Tremouille & J-C Orso à Toulon (avant un retour à Nice), Barthélémy à Grenoble…. Avant un retour à Nice Puis un départ à Cannes-Mandelieu)…

Puis sur les 13 saisons suivantes, Nice ne se qualifia que 3 fois pour des barrages (ou faux 16ème) permettant de se qualifier pour les 8èmes de finales (comme en 1996 & 1997)) :

En 1992 perdu contre Toulouse 21 à 9

En 1996 perdu contre l’Argelès sur Mer des Frères Liévremont et de « Pierrot » Aylaguas 12 à 9… Cette défaite fit couler beaucoup d’encre (j’ai encore quelques articles à la maison qui peuvent témoigner des propos « doux amer » échanger dans la presse….), puisque après 23 saisons au plus haut niveau Nice descend en Goupe A2 (l’équivalent de la ProD2 à l’époque.

Composition du 15 de dépard pour le match à Chateaurenard contre Argeles/Mer :
Barthélémy
Martin, Durand, Capitani, Cassus
m) Brugier o) Fausto
Michelon, Rautenbach, Tordo
Vaïtanaki, Mandic
Meslier de Roncan, Taofifénua, Tolofua

L’année suivante, (1997) dans le Groupe A2, Nice termine 1er de sa poule (devant La Rochelle, Aurillac, le RCF, Auch, Montauban, AB, Tyrosse, Istres & Peyrehorade (avec 15 victoires en 18 match) ce qui lui permet de remonter dans le groupe A1 (et ainsi de faire partie des 20 meilleurs équipes nationale).

Cette 1ère place lui permet de jouer un match de Barrage (faux 16ème) contre le BO.
A Périgueux, les Basques l’emportent 28 à 11….

Composition du 15 titulaire :
Berdeu
Rolland, Cassus, Philippe, Giolitti
m) Campasol o) Deauze
Furet, Rautenbach, Alazet
Vaïtanaki, Mandic
Darmana, Dasalmartini, Tolofua

En 1998, le club est repêché in extremis (alors qu’il avait terminé dernier de sa poule avec 22 points derrière La Rochelle, Béziers, Dax, BO, Brive, Montferrand, Narbonne Colomier & Toulouse) grâce à l’instauration d’une nouvelle formule : une élite de deux poules de 12 équipes. A la fin de cette saison de nombreux joueurs s’en vont dont Jeff Tordo….

" />

Equipe de Nice : Saison 1997/98

Aussi, 1999, verra la dernière apparition du RRCNice au plus haut niveau (groupe A1) pour une première phase marquée par 12 défaites (dont un 72 à 0 à Montferrand) dont 5 à domicile, 1 nul et une seule victoire 37 à 32 …… Contre Béziers !!!!!
La boucle est bouclée face à cette adversaire historique…. Qui lui aussi quittera la lumière pour l’ombre des Divisions inférieurs…..

" />

Equipe de Nice : Saison 1998/99

Quand à Nice…. le club est relégué en Elite 2 et son président « Historique » Gaby Degeorges démissionne.

Le 13 juin 2000 son successeur Marcel Volot dépose le bilan et demande la mise en redressement judiciaire.

L’espoir renaît lorsque la société Lyonnaise Occade-Sport (dirigée par l’ex-tennisman Gilles Moretton) propose de reprendre le club et d’éponger le déficit (1,5Million de Francs à l’époque…).
Les dirigeants fait venir Couturas et espèrent recruter pour rebâtir une équipe compétitive…..Jusqu’à l’audience au Tribunal d’Instance (janvier 20001) au cours de laquelle Occade propose en fait un échéancier hallucinant pour éponger le passif (10 ans) et refuse de prendre en charge les salaires des joueurs de décembre 2000….refus du Tribunal : le RRCN est mort……..

A l’époque beaucoup de polémiques alimentaire la rumeur suivante : Occade a fait mine de vouloir reprendre le RRCN uniquement pour obtenir l’organisation d’un tournoi de tennis féminin à Nice. Et une fois ce tournoi obtenu …. Le RRCN ne les intéressaient plus…
Encore une fois l’argent et le profit réduisit à néant l’investissement de dirigeants (notamment de « Gaby Degeorges (figure du paysage Rugbystique Niçois)) en détruisant un club, un palmarès, un passé glorieux, une histoire ….Ainsi, le janvier 2001, le RRCN est mis en liquidation judiciaire.

Mais le rugby à Nice n’est pas mort.
En effet, il repart la saison suivante 2001/2002 sous une nouvelle forme après une fusion avec l'autre club de la ville, le Nice université club (NUC, fondé en 1967), sous le nom de Rugby Nice Côte d'Azur université-racing.
Les couleurs de ce nouveau club sont le violet (comme l’ex Nice Université Club) et le jaune (comme le RRCN).

Reparti en Fédérale 3….Il ne lui faudra pas loin de 7 saisons pour retrouver l’Elite Amateur : la Fédérale 1.

Ainsi, de 2002 à 2005, le RNCA joua en Fédérale 3 avec au passage un 16ème en 2004, perdu 14 à 8 contre Bédarrieux (après avoir sortie l’entente du Têt 16 à 9 en 32ème).
En 2005 c’est la montée en Fédérale 2 après avoir échoué en ¼ de finale contre Draguignan (le futur Finaliste) 22 à 3.
Nice au passage éliminant Valréas 16 à 9 en 32ème, la Vallée du Gapeau 30 à 16 en 16ème & Berre 17 à 21 en 8ème.

En Fédérale 2 (en 2006), Nice ne se qualifie pas pour sa 1ère saison mais ce maintien en obtenant une 7ème place honorable.
Suivante (2007) malgré une 4ème place de Poule (derrière Romans, Bastia & Grasse) et une élimination en en 16ème de finale contre Villeurbanne 22 à 16 après avoir sortie Vienne 22 à 10 en 32ème de finale, Nice est promu par la FFR en Fédérale 1 (suite notamment au désistement de Bastia qui repart en série régionales)….

" />

Equipe de Nice : Saison 2007/2008


Aussi, pour sa 1ère saison en Fédérale 1 (2008), Nice, la saison dernière, jouera les PlayDown et terminera 3ème derrière Rouen & Domont…. Ce qui le condamnait pour l’échelon inférieur…

La FFR, une nouvelle fois interviendra pour maintenir le club de la Côte d’Azur au plus haut niveau amateur.
Notons que le RNCA compte parmi ses dirigeants d'anciens joueurs du club, comme Julien Schramm (1987-89), ex journaliste au quotidien l'Équipe et l’ancien international Christophe Moni, qui est revenu dans son club formateur (en 2007) pour entraîner l'équipe fanion, après un passage à Cergy-Pontoise.

Actuellement, ce club compte 600 licenciés dont 300 gamins à l’Ecole de rugby.
avatar
Wil Fer

Messages : 10456
Date d'inscription : 07/07/2008
Age : 47
Localisation : à 835 kms de PIQUESSARY. Une seule devise : "ALLEZ LES NOIRS, ON NE LACHE RIEN !"

Voir le profil de l'utilisateur http://fr.wikipedia.org/wiki/Boucau_Tarnos_stade

Revenir en haut Aller en bas

Re: Historique Nice

Message par Wil Fer le Dim 28 Fév - 16:13

Concernant, les matchs entre le BS/BTS & Nice, les anciens vous parleront de ce match homérique, en 1968, à Narbonne perdu 6 à 3 par les Noirs…..

Un « combat » de Titan, aucune équipe ne voulant céder devant l’autre… Car au bout des 80 minutes, il y avait la 1ère Division……

Pour le BS, il s’agissait de remonter 8 années après la dernière apparition au plus haut niveau…. Pour Nice, c’était le « Graal » qui était au bout pour la 1ère fois de l’Histoire du club….
Autant vous dire, que « comme à Verdun » le match entre ces 2 équipes se transforma en un combat de « tranchés » où personne ne voulait reculer…. Ni perdre du terrain…
Et je ne vous parle pas des Bagarres et autres « échanges d’amabilités » … D’ailleurs, la presse qualifia de « musclée » cette rencontre……
Un ancien me raconta qu’ « à la fin certains maillots couvert de sang ne permettaient pas de distinguer les joueurs »….
.Bien sur, il y a du « Pagnol » dans cette Phrase… Mais que voulez vous, quand le « Mythe » se confond avec la « réalité »……

Le 24 octobre 1982, en cette 6ème journée du Championnat, le Boucau Stade accueillait à Piquessary un RRCN invaincu.
Cette rencontre se déroula sans Henry Gaye, qui venait de se blesser gravement à un genou dans l’exercice de son travail… Ni de Jean-Michel Yanci touché le WK précédent avec la Sélection de Côte Basque….
C’est donc avec une première ligne inédite : Hauciart, Mays, Pascal… que nos « Forgerons » défièrent la redoutable armada Niçoise (Pedetour, les Frères Buchet, Orso, Charpentier, ….).

Ce match est l’un des plus épiques disputé à Pique…. De « chamaillerie » en « bagarre », « d’accrochage » en KO, c’est l’une des rencontre les plus violente qui fut disputé sur notre « vieux » plateau…

D’ailleurs, dès le coup d’envoi les 2 packs s’expliquèrent dans « une sarabande de poings » et de pieds qui fit rugir la tribune de Piquessarry… Lesca en profita pour utiliser le ballon gagné par les avants pour passer et réussir un drop dès la 1ère minute de « jeu ».
Sur l’essai Boucalais, marqué par Erdocio… On se chamaillé encore 9 à 0 à la 7ème minute.
Et quand « Poupouce » reçut un tampon à retardement d’Eric Buchet, Teillagorry porta l’avance Boucalaise à 12 à 0 (à la 26ème minute).
Mis en 9 minutes (33 & 42ème minutes) Nice, par Pedetour, refit une partie de son retard…. 12 à 6.
Pire, à 12 minutes de la fin, Pedetour ramène Nice à 3 points… 12 à 9.

Mais les ressources morales des « Noirs », leur solidarité et leur abnégation leur permis de contenir le pack Niçois qui monopoliser tous les ballons….
D’ailleurs, est-ce de dépit ou pour forcer le destin… Toujours est-il qu’à quelques minutes de la fin (71ème), une nouvelle « échauffourée » laissant Fanen (notre ¾ centre) et Philippe Mandin sur le carreau…. Quand on connaissait les « vertus » guerrière de notre 3ème ligne… on à le droit de ce dire que ce match fut d’une extrême violence……

Mais comme souvent, le public de « Pique » joua son rôle de 16ème Homme, portant et accompagnant ses joueurs pour les dernières minutes…. 12 à 9… Score finale…. Avec sa « petite et légère » 1ère ligne, nos Boucalais venaient de terrasser un Géant !!!!!!!

Composition du XV Boucalais :
Lesca
Gonzalez, Betbeder, Fanen, Foncillas
m) Aizpurua o)Teillagory
Ribes, Mandin, Erdocio
Roméo, Condom
Pascal, Mays, Hauciart


" />

" />

" />



Le match retour, un certain, 27 février 1983… passa au second plan suite au décès du fils de Jean Michel Yanci (qui ne rejoua plus de la saison) (voir « souvenir souvenir : Saison 1984/85 »).

Le BS, ne prit que 24 à 7… Lui à qui on avait promis « l’enfer » soit le 3ème moins lourd sore enregistré par une équipe sur la Côte d’Azur…. Loin des 47 points du RCF, des 45 points de Tulle, des 43 points de Nîmes, des 34 points d’Angoulême, des 33 points de Carcassonne ou des 30 points d’Oloron…. Seuls, Agen (19 points), Narbonne (22 points)… mais surtout en marquant un essai aux Niçois (ce que Narbonne & Agen n’avaient pas réussit à faire)…..

Voici les articles du Sud-Ouest du 27 février 1983





Par la suite, il fallut attendre la saison 1989, pour voir à nouveau nos 2 clubs se rencontrent.

" />

A noter que Crouzat, un Boucalais, faisait partie de l’effectif Niçois…..(le 2ème assis devant en partant de la gauche).

Dans un match aller « viril mais correct » ou l’engagement être les 2 packs fut total, le BTS, emporta la mise : 28 à 6 (l’une des 3 seules victoires de la saison de cette 2ème phase en groupe A)….. La colère de Buchet dans le vestiaire de l’Intercommunal fit une victime… Une cloison qu’il détruisit d’un coup de pied…..

De cette rencontre, on peut retenir les 3 essais d'Arnoux (ce qui à l'époque était rare pour un joueur) mais aussi, la domination (sans conteste, ni partage) du Pack Boucalais qui mis la mêlée Niçoise au supplice (4 balles prisent sur introduction de Nice)..... D'ailleurs la seule réponse des azuréens, fut un coup de poing de Philippe Buchet qui mis KO Yanci à la 72ème minute (il fut remplacé par Errecart).

La mi-temps fut sifflée sur le score de 3 à 3 ... Le travail de sape du Pack "Forgeron" portera ses fruits lors du 2ème actes où 25 points furent marqués.... Dont 13 points dans les 10 dernières minutes où "les Niçois aux abois" (dixit le Midol) perdaient pied (d'où le geste de Ph. Buchet pour arrêter "l'hémorragie".....).

Voici l'article que j'ai (ENFIN) retrouvé dans mes "archives"........



Equipe du BTS :
Séguret Thierry
Arnoux, Lesca, Doumengine, Lamarque
m) Mendiboure o) Arozarena
Eliceyri, Lassalle Michel, Carasco
Réal, Dupin
Gaye, Sallabery, Yanci (puis Errecart)
soit 11 joueurs formés à l'école de Rugby du BS sur les 16 participants


oooOOO000OOOooo

Au match retour, le BTS pris l’eau pour une « déculotté » : 43 à 6….

" />
avatar
Wil Fer

Messages : 10456
Date d'inscription : 07/07/2008
Age : 47
Localisation : à 835 kms de PIQUESSARY. Une seule devise : "ALLEZ LES NOIRS, ON NE LACHE RIEN !"

Voir le profil de l'utilisateur http://fr.wikipedia.org/wiki/Boucau_Tarnos_stade

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum