Interview de samuel Dylbaïtys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interview de samuel Dylbaïtys

Message par Wil Fer le Sam 2 Juil - 13:10

CBL Ovalie a réalisé une interview de Samuel Dylbaïtys qui parle du Club, de la saison passée, celle avenir et aussi de sa carrière !!!!. Je me permets de la retranscrire pour la mettre sur le Forum car la qualité du son n'est pas toujours au top. En tout cas un Grand MERCI à CBL Ovalie pour cette interview en plus de s'intéresser à notre club !!!!!

Source : https://www.facebook.com/cblovalie/videos

CBLOvalie : Première question, est ce que tu reprends du service l’année prochaine ?

Samuel Dylbaïtys : Oui on est en pleine projection avec le même staff, on ne peut pas dire que c’est sûr à 100% parce qu’il y a quelques divergences avec le club, mais on se projette avec les mêmes personnes, on est cinq (Vincent Lescat et Samuel Dylbaitys entraîneurs, Didier Pouyau manager, Damien Taillentou et Vincent Guenin en équipe 2) et on prépare actuellement la suite.


CBLOvalie : C’est important pour vous de fonctionner première et réserve ensembles ?

SD : Oui c’est important, pour le travail au quotidien les entraînements sont regroupés. 90% est fait ensemble, c’est une politique que l’on a choisi et c’est un besoin pour tout le monde au club.

CBLOvalie : Sur cette saison, vous arrivez à vous sauver dans les derniers instants, qu’est ce qui vous a manqué pour réussir avant ?

SD : On a pas de méthode miracle comme on peut l’entendre, c’est le bilan que l’on a fait. On entend que sur la fin les mecs avaient plus d’envie, qu’il y a eu un changement de stratégie, mais c’est totalement faux ! Le travail a été fait sur la continuité de l’an dernier. Étant monté de niveau avec des joueurs ne venant pas de Fédérale 2, on savait que ça aller être serré et il fallait que l’on soit toujours à 100% dans la réussite et dans l’envie. A la mi-saison, le bilan est qu’on a pas eu de réussite, on a laissé passé 5 points qui auraient pu nous positionner plus haut. Quand tu manques des pénalités à 20 mètres face aux barres et que tu fais match nul au lieu de gagner, quand tu te fais intercepter 3 fois et que tu perds des points de bonus, c’est concret. Donc sur la suite, ces pénalités avec un buteur qui a travaillé on les met, nos adversaires aussi ont manqué des choses et dans la dernière ligne droite, il y a quelque chose de particulier, on joue nos 4 concurrents directs sur les 5 ou 6 derniers matchs. Finalement quand tu joues Casteljaloux, Montauban, Lannemezan qui se battent pour le maintien, ce n’est pas St Jean de Luz, Marmande ou Hendaye, donc tu bats les équipes qui sont en concurrence avec toi deux fois, tu passes devant et c’est logique, c’est notre place.

CBLOvalie : Vous ne prenez presque pas de raclées pendant l’année, pourtant vous êtes englué en queue de peloton, est ce qu’il y a un moment ou tu t’es dit que la chance ne tournerait jamais ?

SD : Il y a eu une phase compliquée en janvier, on était dernier à la trêve, on perd contre Marmande à la maison, on est allé voir la direction pour leur dire que s’ils envisageaient la suite sans nous il fallait prendre de l’avance. Comptablement c’était possible, mais on n’arrivait pas à faire passer de message aux joueurs, au fond de moi j’y croyais. Le mérite que l’on a eu, c’est qu’on leur a fait croire que c’était possible et on leur tire notre chapeau car ils y ont cru. Ils se sont accrochés, ils se sont fixés sur les six, sept derniers matchs, on s’est dit que c’était nos phases finales et que si on gagnait on ne pouvait qu’y croire. Ça s’est passé comme ça, on a gagné, on s’est resserré, les victoires entraînant les victoires, on a été peut-être plus performants sur nos bases et on s’en est sorti avec quelques regrets même car on finit 8ème avec autant de victoires qu’Orthez.


CBLOvalie :Justement, à quel moment vous avez pris le bon tournant et tu t’es dit s’est bon on va réussir à se sauver ?

SD : Je ne pense pas qu’il y ait eu un tournant, peut-être un effet psychologique avec le stade Piquessary, sur l’histoire de ce stade glorieux, faisant nos matchs à domicile là-bas. On y a battu Lourdes, Hendaye sur un score assez lourd et derrière il y a eu une bonne dynamique pour se projeter sur le match contre Lannemezan. On savait que sur ce fief, on n’avait pas le droit de perdre même si le staff ne se dit pas qu’il y a de la magie à Piquessary, mais on a joué là dessus aussi. On est parti aussi deux fois la veille à Casteljaloux et à Montauban pour faire des résultats et les mecs sont bien rentrés dans ce projet.

CBLOvalie : Toi, tu as joué pendant longtemps, le passage sur le banc n’est pas trop compliqué surtout quand l’équipe ne va pas bien ?

SD : Oui, j’ai même fait quelques feuilles de matchs cette année, pas beaucoup, un peu par obligation. Oui c’est compliqué surtout que mon compère du banc, jeune retraité lui aussi, a comme moi un gros tempérament, on a porté le maillot, on a été capitaine les deux donc on se sent proche des joueurs, on manque de recul certaines fois et ce n’est pas toujours facile. Disons qu’on est très vivant et certains directeurs de matchs nous le reprochent.


Sam jouant avec la "B" cette saison. Match à Orthez.


CBLOvalie : Tu as été le joueur d’un seul club, est ce que tu seras l’entraîneur d’un seul club aussi ?

SD : C’est compliqué, je ne sais pas, j’aimerai. Être entraîneur c’était une continuité pour moi car j’ai une grosse passion pour ce sport, c’est aussi une façon d’être encore sur le terrain. Je ne me projette que sur le club, c’est vrai que ma formation a été basée sur un projet avec ce club, alors ce n’est pas tout le temps facile, on ne partage pas tout avec la direction, dans le fonctionnement on a quelques points de divergences. Il y a aussi le côté « qu’est ce que tu emmènes à ton équipe ? » et en ce moment les mecs ont confiance en nous, je le sens, ils nous suivent, et c’est important mais peut-être qu’ils vont se lasser de nous un jour. Ce qu’a fait Guy Novès pendant 20 ans au Stade Toulousain ça ne se reproduit pas partout, ça serait un beau truc à faire mais il faut être réaliste et savoir si nous sommes vraiment les hommes du moment. Je n’ai pour l’instant pas envie de connaître autre chose.

CBLOvalie : Tu as connu la Fédérale 1 en tant que joueur, est ce que tu penses pouvoir repartir à ce niveau en tant qu’entraîneur ?

SD : Quand on voit la proportion que prend la Fédérale 1, les clubs comme Tyrosse ou Anglet qui financièrement sont mieux que nous, galèrent. On parle de ProD3, je pense que ça sera très compliqué, sauf si notre club arrive à avoir un autre budget, d’autres infrastructures… Notre projet c’était de remonter et de rester en Fédérale 2 par le biais de notre formation et par l’apport extérieur et ce n’est déjà pas un challenge facile. La formation, c’est compliquée, je trouve que c’est là où on a du mal, on a des débats avec la direction ce n’est pas simple, on a des points de vue différents. On essaye d’emmener du renouveau, du jeunisme, eux ils ont leur expérience et c’est là où ce n’est pas facile de faire bouger les lignes mais c’est ce que l’on essaye de faire tout en gardant le côté convivial et l’histoire du club.



Sam sous les couleurs du BTS lors de la dernière saison du club en F1 (match retour face à Nice).

CBLOvalie : On l’a dit, tu as joué en Fédérale 1, est ce que tu aurais pu jouer encore au dessus ?

SD : Je ne sais pas, j’ai fait un retour sur moi à la base, c’est vrai que je n’ai pas un profil de rugbymen, j’ai commencé le rugby sur le tard après avoir fait des sports individuels comme la boxe anglaise, donc il a fallu que je travaille pour pouvoir m’étoffer physiquement. En Fédérale 1 je pense que j’avais ma place, j’étais capitaine, j’ai eu quelques sélections, je n’étais pas le meilleur joueur, mais j’ai joué à un niveau où je m’éclatais, mes meilleurs saisons étaient en Fédérale 1. Alors partir ailleurs, j’aurais du le faire jeune, quand tu joues avec de meilleurs joueurs, ton niveau s’élève automatiquement, donc je ne sais pas. J’ai eu l’occasion de partir à Bayonne et je ne l’ai pas fait, cela m’aurait fait sans doute passer un palier mais je ne me suis jamais posé la question.

CBLOvalie : Tu as rencontré les deux équipes puisqu’elles étaient dans votre poule, d’après toi, qui va monter entre Hendaye et Saint Jean de Luz ?

SD : Saint Jean, par rapport au dernier match que l’on a eu contre Hendaye en mars même s’ils n’étaient pas au mieux à ce moment là, je pense que l’effectif de Saint Jean, leur expérience sur un match aller-retour sont des atouts majeurs. Mais j’entends qu’Hendaye se resserre dernièrement, je ne pensais pas qu’ils allaient passer Mazamet en 16ème et c’est une équipe qui peut embêter Saint Jean. On va dire que c’est du 60-40 pour Saint Jean de Luz, ils sont favoris tout de même.
avatar
Wil Fer

Messages : 10394
Date d'inscription : 07/07/2008
Age : 46
Localisation : à 835 kms de PIQUESSARY. Une seule devise : "ALLEZ LES NOIRS, ON NE LACHE RIEN !"

Voir le profil de l'utilisateur http://fr.wikipedia.org/wiki/Boucau_Tarnos_stade

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum